skip to Main Content

Déjà bien connu pour la richesse de son matériel paléontobotanique et ses fossiles marins, le Dahar est le lieu de découvertes récentes, dont l’un des plus grands et anciens crocodile, le Machimosaurus rex, vieux de 125 millions d’années, et du squelette entier d’un dinosaure herbivore unique au monde de plus de 14 mètre datant d’il y a environ 110 millions d’années, le “Tataouinea Hannibalis“.

Le Tataouinea hannibalis est incontestablement devenu “la star de la région” ! Ce dinosaure sauropode diplodocoïde a pour particularité, non seulement de constituer une découverte unique au monde, mais aussi de posséder des os creux “pneumatisés” similaire au système respiratoire des oiseaux de l’époque.

Tataouinea hannibalis reconstruction by Davide Bonadonna

Historique des découvertes paléontologiques

  • Pervinquière (1912) fut le premier à avoir signalé des restes de poissons dans l’extrême sud tunisien. Alerté par la déclaration de ce premier paléontologue, A-F de Lapparent a pu réaliser deux missions consécutives d’exploration, janvier 1951 et février-mars 1952, tout au long de la falaise du Dahar et jusqu’en Tripolitaine. Il a pu découvrir en plusieurs points des restes de dinosauriens théropodes (dinosaure carnivore) et sauropodes (dinosaures herbivores).
  • 1990 : Dans le cadre des activités du projet de la cartographie géologique du Sud de la Tunisie, un nouveau gisement a été découvert à Birr Miteur (S.Bouaziz et al .1989) à quelques kilomètres au nord de Ksar Haddada.
  • 1996-1998 : Premières découvertes paléobotaniques des gisements à végétaux en empreintes dans les argiles du Continental Intercalaire à Djebel Merbah el Asfer (géosite n°19) et dans les argiles du Bathonien (Jurassique moyen) des environs de Ksar Ouled Soltane (géosite n°23) :
    – Découverte d’une flore à Ptéridophytes et Gymnospermes dans le Crétacé inférieur de la   région de Tataouine (Sud tunisien), Barale, G., Philippe, M., Tayech-Mannaï, B., Zarbout, Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, Paris 325 (1997), 221–224.
    – Niveaux à végétaux fossiles en environnement fluviatile à marin proximal dans le Dahar (Bathonien à Albien – Sud tunisien), Bull. Soc. geol. France 169 (1998) 811–819.
    – Sur la présence d’une nouvelle espèce d’Isoetites dans la flore du Crétacé  inférieur de la région de Tataouine (Sud tunisien): implications paléoclimatiques et phylogénétiques,  Barale, G., 1999, Canadian Journal of Botany, 77, 189 – 196.
    – Une flore bathonienne dans la formation Techout du Sud-Est tunisien, G. Barale, M. Ouaja, M. Philippe, N. Jahrb. Geol. Monatsh. 11 (2000) 681–697.
    – Découverte de nouvelles flores avec des restes à affinités angiospermiennes dans le Crétacé inférieur du Sud tunisien, G. Barale, M. Ouaja, Cretaceous Res. 22 (2001) 131–143.
    – La biodiversité végétale des gisements d’âge Jurassique supérieur–Crétacé inférieur de Merbah el Asfer (Sud tunisien), G. Barale, M. Ouaja, Cretaceous Res. 23 (2002) 707–737.
  • En 1992, dans le cadre du même projet, un fémur entier de dinosaure a été récolté par M. Ouaja et H. Aljane à J. Nekrif au sud de Remada. Ce fémur pourrait appartenir à un spinosaurus.
  • 2002-2004 : Nouvelles découvertes paléontologiques, par une équipe internationale, dans les gisements de vertébrés d’Oued el Khil et Djebel Bir Miteur (géosite n°10) :
    – A new specimen of Spinosaurus (Dinosauria,Theropoda) from the Lower Cretaceous of     Tunisia, with remarks on the evolutionary history of the Spinosauridae. Buffetaut, E., Ouaja, M. Bull. Soc. Géol. France, 173,( 2002), 415-421.
    –  First occurrences of thalattosuchian crocodiles in the Middle and Upper Jurassic of Tunisia, E., Fara, M., Ouaja, E., Buffetaut, D., Srarfi, N. JB. Geol. Paont. Mh. 8, (2002), 465-476.
    Fossil sharks from the Early Cretaceous of Tunisia, G., Cuny, M., Ouaja, D., Srarfi, L., Schmitz, É., Buffetaut et M., J., Benton. Revue de paléobiologie, Genève, vol. spécial 9,‎ 2004, p. 127-142
    – Dinosaurs and other fossil vertebrates from fluvial deposits in the Lower Cretaceous of southern Tunisia. BENTON M.J., BOUAZIZ S., BUFFETAUT E., MARTILL D., OUAJA M., SOUSSI M. & TRUEMAN C. Palaeogeogr. Palaeoclimatol. Palaeoecol., 157 (2000).  227-246.
  • Le service géologique de Tunisie à l’Office National des Mines, conscient de son rôle de la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine géologique national, a participé à la mission d’exploration organisée en octobre 1996 en collaboration avec la cité des sciences. Cette mission a aboutit à la découverte des riches gisements de Oued el khil, dont la provenance des ossements exposés dans ce musée.
  • En 2013, suite à des fouilles entamées en 2010, une équipe de chercheurs de l’Université de Bologne dirigée par Frederico Fanti découvre une nouvelle espèce de sauropodes dénommée Tataouinus Anibalis, un dinosaure herbivore unique de 14m de long aux os fortement pneumatisés qui confirment que les sauropodes  possédaient un système respiratoire ressemblant à celui des oiseaux (Frederico Fanti et al. 2013 et 2015).
  • En 2016, la même équipe de l’Université de Bologne découvre une tête de crocodile géant …. vivait il y a 120 millions d’années. « D’après le Dr Frederico Fanti, qui a dirigé l’équipe de recherche, les ossements datent de 120 millions d’années. Soit largement après l’extinction de masse qui marque la fin du Jurassique, il y a 145 millions d’années», relatait National GeographicJusqu’alors, les chercheurs étaient convaincus que Machimosaurus rex n’y avait pas survécu. La découverte de ce fossile change la donne: « Elle s’ajoute aux preuves grandissantes que de nombreux reptiles marins n’ont pas disparu au cours de cette extinction».

Suite à ces découvertes récentes d’importance internationale, les recherchent restent à poursuivre dans la région. En particulier, la structure géologique bien préservée du Dahar en fait un terrain propice aux recherches concernant les biotopes dans lesquels vivaient les dinosaures.

Back To Top